Les conseils de Sébastien pour un bon compost

ImageDechetAlt
Grâce au compostage, vous pouvez alléger votre poubelle tout en produisant un engrais naturel et de qualité. Pour obtenir un bon compost et savoir gérer sereinement la vie de son composteur des astuces existent. Découvrez-les avec Sébastien Bonardi, notre expert en permaculture.

« Le compostage est un enjeu majeur dans la gestion des déchets. Les connaissances sur sa nature et les façons de le mener sont souvent peu précises, les techniques pour le réaliser frappées d’interdits divers. Aujourd’hui, je vous propose quelques astuces pour aborder sa gestion avec plus de sérénité. »

« Un bon compost, qu’est-ce que c’est ? »

Un bon compost, c’est d’abord un bon équilibre entre matières carbonées (la paille, les herbes sèches, le bois broyé, le carton, le papier) et les matières azotées (les restes alimentaires). Le tout, avec suffisamment d’humidité et surtout d’oxygène. En règle générale, un volume de matière carbonée pour deux volumes de déchets de cuisine, donneront un compost équilibré.

Tas de compost

Compost en phase de maturation

« Tout ce qui est organique est compostable »

Gardez à l’esprit que tous les déchets organiques finissent par se composter. Quand une orange tombe au sol, elle se dégrade. Par conséquent, elle s’altèrera aussi dans le compost.  Cela dit, tous les déchets ne se détériorent pas à la même vitesse.

Théoriquement, vous pouvez donc intégrer les déchets de viande, les os et les arêtes de poisson au compost. Néanmoins, en pratique, une mauvaise gestion peut attirer plus d’animaux et générer certaines odeurs désagréables. Personnellement, je les enterre profondément dans le jardin et cela permet de les limiter.

Il faut savoir que la vie animale participe positivement à la vie de notre compost. En effet, ce dernier est un stock de nourriture qui attire forcément rongeurs, oiseaux, insectes…
Mais, ces visiteurs occasionnels ont un impact positif sur le compost. Ils prennent part à sa dégradation mécanique et à son aération, même s’ils peuvent occasionner des nuisances.

Pour le reste, selon moi, tous les déchets et restes alimentaires peuvent être mis dans le compost sans restriction. Et tous les végétaux aussi puisque ces derniers se décomposent dans leur milieu naturel. Notez tout de même que, plus un végétal est dégradé mécaniquement (coupé, mixé, broyé …), plus il se compostera rapidement. Plus il est dur, plus il sera long à se décomposer.

Végétaux mixés dans le compost
Compost mûr

« Équilibrez bien votre mélange » 

Pour éviter les effets indésirables, comme une odeur d’acidité qui s’échapperait du compost, ajoutez des matériaux structurés comme des petites branches par exemple et aérez régulièrement en mélangeant la matière.

Les bons gestes :

  • mettez du broyat dans le fond pour éviter la putréfaction ;
  • veillez à garder le compost humide ; 
  • coupez, mixez, broyez les déchets durs ;
  • brassez souvent.

« Le composteur doit être en contact direct avec le sol »

Selon moi, le composteur idéal doit être en contact direct avec le sol.Cela lui permet d’avoir un lien avec les micro-organismes qu’il contient. Il n’a pas de fond. Il est équipé d’une trappe sur le dessus qui permet d’ajouter les déchets, d’accéder au tas pour le remuer et de limiter l’accès aux animaux.

« Une dernière astuce : compostez multiple et avec les saisons »  Si vous avez un peu d’espace, vous pouvez installer plusieurs petites unités de compost, une par saison, dans des bacs en bois par exemple. Ainsi vous aurez des tas plus petits et le processus de compostage sera plus rapide.

Sources : “Larousse du jardin bio”, “Autosuffisance” (Edition marabout), “Compostage, principes” (chambre d’agriculture Occitanie https://occitanie.chambre-agriculture.fr/) “ https://www.compostage.info/index.php  ”

Consultez notre rubrique Composter facile

Voir aussi...