Combien coûte la gestion des déchets des ménages en Corse ?

En décembre 2019, l’ADEME a publié sa nouvelle édition de l’étude régionale sur le coût du service public des déchets ménagers.

Un coût supérieur à la moyenne nationale

En Corse, le coût du service public de gestion des déchets ménagers est supérieur à la moyenne nationale [+ 65 % par rapport aux zones touristiques].

Cela s’explique par différents facteurs :

  • la géographie : l’insularité, la topographie (région montagneuse) et le réseau routier ;
  • les variations de population saisonnières liées au tourisme nécessitent des moyens techniques et humains adaptés ;
  • la quantité de déchets produite en Corse (721 kg/an/habitant) est 40 % plus élevée que la moyenne nationale (514 kg/an/habitant).

L’organisation du service en Corse
Les Intercommunalités décident de la politique sur leur territoire, gèrent les bacs de tri et les collectes.
Le SYVADEC réceptionne les flux collectés par les intercommunalités sur ses installations (recycleries, quais de transfert, centres de stockage), recycle les déchets triés et enfouit les déchets résiduels.
Le service opérationnel est encadré par le plan de prévention et de gestion des déchets voté par la Collectivité de Corse.

Illustration montrant le coût en € de la collecte et du traitement des déchets.

Répartition des charges par étapes techniques de gestion

Les coûts de pré-collecte (charges d’amortissements des bacs, prestations de lavage…) et collecte pèsent fortement sur le coût du service : ils représentent 50 % du coût contre 42 % au niveau national. Le référentiel national 2016 met en évidence la corrélation entre coût de collecte et nombre de collectes au porte-à-porte. En Corse, 11 collectivités ont développé le porte-à-porte (avec un certain nombre de ces collectes dédiées aux professionnels).

Le coût de transport (gestion des quais de transfert et transport jusqu’aux centres de traitement) est plus élevé que la moyenne nationale. Cela s’explique par la géographie et, en 2018, par la fermeture anticipée du site d’enfouissement de la plaine orientale à partir du mois d’août, qui a nécessité de transporter les ordures ménagères de la Haute-Corse vers Viggianello.

Des surcoûts de collecte et de transport pour les ordures ménagères

Graphique illustrant les coûts de transport et traitement des ordures ménagères
Coût de gestion des ordures ménagères en € HT/tonne

L’écart par rapport aux coûts moyens nationaux s’explique principalement par les coûts de collecte (+ 35 €/tonne) et les coûts de transport (+ 38 €/tonne).

Le tri : un service impacté par le schéma de collecte et l’insularité

Illustration montrant le coût du tri pour les emballages, le papier et le verre.

Les coûts pour le verre et le papier se situent dans la moyenne nationale.

Pour les emballages, l’écart par rapport aux coûts moyens nationaux est dû aux collectes réalisées majoritairement en porte-à-porte ou en points de regroupement, aux quantités collectées qui ont beaucoup progressées mais qui restent en deçà de la moyenne nationale, et aux coûts de transport et tri importants dus à l’absence de centres de tri en Corse.

Les recycleries : des coûts dans la moyenne nationale

Illustration montrant le coût des étapes.

Le coût moyen en euros par habitant se situe dans la moyenne des coûts observés au niveau national.

 

Ici, je trouve ma solution

Search
Generic filters