SYVADEC, syndicat de valorisation des déchets en Corse

Au 1er août, tous les emballages se trient ! Que deviennent les déchets que nous trions ?


En Corse, on produit en moyenne 687 kg de déchets par habitant et par an (223 000 t en 2017) dont 26 % sont triés par les habitants grâce aux bacs, bornes et sacs mis en place par les intercommunalités (ce que nous appelons la collecte sélective) et au réseau de recycleries du SYVADEC et des territoires.



La collecte sélective (emballages, verre et papier) représente 18 400 t en 2017. La Collecte sélective progresse depuis plusieurs années avec une accélération forte en 2017 du geste de tri, particulièrement pour les emballages (+90 % depuis 2015).
 
Pour renforcer cette dynamique, et favoriser le geste de tri le SYVADEC, établissement public régional de valorisation, a décidé avec toutes les communautés de communes et d’agglomérations de Corse d’étendre le tri des emballages dès le 1er août :
- aux nouveaux plastiques (films, pots et barquettes)
- aux petits aluminiums (opercules, dosettes café, emballages de médicaments…).
 

Désormais c’est simple : tous les emballages se trient !

 
 

​FOCUS SUR LES EMBALLAGES 


L'organisation de la filière en Corse

1ère étape : le tri et la collecte. 97 % du territoire de Corse, via les intercommunalités, dispose d’outils pour le tri des emballages (bac, borne, sac…), ces contenants sont ensuite collectés par les 19 intercommunalités de Corse.
 
2ème étape : réception et transfert. . Les emballages collectés sont ensuite déposés sur les plateformes du SYVADEC ou sous contrat avec le SYVADEC. Le SYVADEC dispose aujourd’hui de 14 plateformes logistiques dans toute la Corse, ce réseau permet de réduire les transports jusqu’aux sites de tri ou de conditionnement.
 
3ème étape : tri automatique : Ensuite, les emballages composés de différents types de déchets (carton, plastique, acier, aluminium, tetrapack) sont envoyés sur 2 centres de tri (un local et un sur le continent) pour être triés mécaniquement selon la matière.
Les emballages deviennent alors des matières secondaires.
 4ème étape : préparation et valorisation. Chaque matière est ensuite expédiée :
-soit dans des sites qui vont préparer la matière destinée aux usines (ex. les bouteilles plastiques sont transformées en paillettes pour ensuite être utilisées dans les usines qui fabriquent de nouvelles bouteilles)
-soit directement vers des usines qui fabriquent de nouveaux objets (ex les boites de conserve à la sortie du centre de tri sont envoyées en aciérie et intégrées directement dans le process de fabrication en complément du minerai de fer).
 

Une valorisation garantie

Depuis 2007, date de la création du SYVADEC, chaque déchet trié réceptionné sur nos plateformes est envoyé dans l’une des 17 filières de valorisation agréées.
 
​100 % des déchets triés confiés au SYVADEC entrent dans les filières de valorisation
 
Chaque déchet est tracé de la réception jusqu’aux usines de valorisation. Le SYVADEC a pour cela des contrats avec les éco-organismes agréés par l’Etat qui garantissent la traçabilité, la valorisation et le soutien financier afférent. Pour les emballages, il s’agit de CITEO, issus de la fusion d’Eco-Emballages et d’Eco-Folio.

En Corse, quelles sont les filière de recyclage des emballages ?

Tous nos emballages sont triés sur deux centres de tri : 
  • Pour la Haute Corse : pré-tri à AM Environnement à Biguglia, puis conditionnement et expédition des plastiques qui sont triés au centre de tri de PAPREC à Nîmes.
  • Pour la Corse du Sud : conditionnement de l’ensemble des emballages chez Environnement Service à Ajaccio puis tri au centre de tri de PAPREC à Nîmes.
Chaque flux de matière issu du tri est ensuite acheminé vers les usines de recyclage qui préparent la matière première secondaire ou fabriquent directement des objets:
  • Acier : repreneur AM Environnement qui expédie la matière ensuite vers différentes usines, par exemple de METALES DE NAVARRA Berrioplano (Espagne), ARCELOR à Fos sur Mer, LYRSA Alava (Espagne), ...) ->  bobines et  tubes d’acier.
  • Aluminium : repreneur AM Environnement, qui expédie la matière vers différentes usines, par exemple de ALUMISEL Porrino (Espagne), RECUPERCIONEZ PEREZ Madrid (Espagne), ...) -> matière première secondaire.
  • Tetrapack : repreneur est REVIPAC qui expédie les tétrapack à Lucart SPA en Italie, qui sépare le papier de l’alu et du PE) -> matière première secondaire
  • Cartons : repreneur est REVIPAC qui expédie les cartons à Smurfit Kappa à Avignon-> matière première secondaire (rouleaux de carton recyclé) pour fournir ses propres usines de fabrication de papiers / cartons.
  • Plastiques des bouteilles et flacons : repreneur est VALORPLAST. Les plastiques sont expédiés vers différentes usines. Il peut s’agir par exemple de PLASTIPAK en Bourgogne -> matière première secondaire pour les usines de fabrication de bouteilles. Le PEHD et PP (CPA, Pont d'Ain) -> matière première secondaire pour le BTP


Et pour le verre et le papier ?

  • Verre : OI GLASSPACK, usine à Bézier, qui fabrique des bouteilles en verre.
  • Papiers : PAPREC les rachète et les livre à ses 34 usines en France qui les recyclent en nouveau papier.

Et les nouvelles filières au 1er août ?

Le 1er août, la Corse va passer à une double extension : tous les emballages plastiques et tous les aluminiums.
Ces extensions seront obligatoires en 2022, et aujourd’hui elles ne couvrent que 23 % de la population française. Le SYVADEC et les intercommunalités de Corse ont choisi de le mettre en place de façon anticipée dès 2018, soit 4 ans avant l’obligation.
Et là encore, la filière est garantie et encadrée !
 
Les nouveaux plastiques (pots, films, barquettes, …) : sont recyclés à 85 % pour la fabrication de nouveaux objets, et transformés pour 15 % en combustibles solides de récupération (CSR) utilisés en cimenterie

Notre repreneur est VALORPLAST. Les usines d’expédition varient selon les besoins. Il peut s’agir par exemple de :
  • Eslava plasticos en Espagne, qui fabrique des granulés (matière primaire secondaire) pour fabriquer de nouveaux emballages plastiques mais également des canalisations.
  • Comptoir des plastiques de l’Ain, qui les transforme en granulés utilisés pour fabriquer des canalisations et des matériaux pour l’isolation dans le BTP.
  • Et toujours PLASTIPAK en Bourgogne, qui fournit les usines de fabrication de bouteilles.
 
 Les petits aluminiums (capsules, gourde, opercule et bouchon, emballages de médicaments…) sont recyclés par ALUNOVA RECYCLING, une usine allemande située à proximité de la frontière française et spécialisée dans le traitement des déchets légers en aluminium, qui fournit les usines de fabrication de produits en aluminium.
Les emballages triés deviennent de la matière première secondaire puis de nouveaux objets ! Et la boucle est bouclée…

Pour retrouver les consignes de tri : cliquez-ici 
ect_flyer_general.pdf ECT_Flyer_Général.pdf  (1004.5 Ko)